Archives de la catégorie ‘J’ai lu pour vous’

J’ai lu pour Vous: La foire aux immortels (1980)

Dessin & Scénario : Enki Bilal

La foire aux immortels

La foire aux immortels

Le Synopsis

En 2023, Paris est gouvernée par un dictateur fasciste du nom de Jean-Ferdinand Choublanc. La ville est divisée en deux arrondissements. Le premier est réservé aux riches élites, le second, où règnent la pauvreté et la maladie, aux classes inférieures.

C’est dans cette ville post-apocalyptique qu’apparaissent des dieux égyptiens, dont la pyramide volante s’immobilise au-dessus de Paris. Ils sont à la recherche de carburant et essayent de négocier avec le dictateur pour racheter les réserves de la ville. Le débat n’avance guère car le prix que réclame Choublanc est l’immortalité, que les dieux égyptiens lui refusent catégoriquement. De son côté, Horus, récemment humilié à un concile divin, cherche sa revanche en prenant possession de corps humains. Son but est de prendre le pouvoir, pour imposer sa loi à ses congénères divins. C’est ainsi qu’il rencontre Alcide Nikopol, dissident politique fraîchement retombé de l’espace où il avait été placé en hibernation pénitentiaire trente ans auparavant.

Le contexte

Toujours dans la résolution de lire toutes les Bandes Dessinées du Centre Culturel Français, je tombe par hasard sur cet album dont l’auteur a un nom particulier et exotique « Enki Bilal ». Je demande qui c’est à mon ami.  Ce dernier me regarde d’un air sombre, surpris et dévasté : « Krys, tu ne connais pas Bilal !??? Tu mérites d’être pendu puis défenestré ! De quelle planète viens-tu ? ».

Donc de peur de subir un châtiment aussi étrange, je remets la lecture de « Rahan, fils des âges farouches » à plus tard et décide de l’emprunter.

Il faut savoir que ‘La Foire aux immortels ’  fait parti des Classiques de la Bande dessinée et est la première de la Trilogie Nikopol écrite et dessinée entre 1980 et 1993. En 2013,  Enki Bilal a  exposé au Musée du Louvre.

 

Les plus

+ L’étrangéité, la décadence et la richesse de l’univers « Bilalien »

+ La beauté et l’assurance des dessins et des tracés

+ Les dialogues, mordants à souhait

+ L’exquise cruauté et condescendance des dieux envers la race humaine

+ Les magnifiques vers de Baudelaire déclamés par Nikopol (le héros)

Les moins

– Le début de l’album est difficile pour le lecteur (mais en même temps, on n’est pas dans la littérature prémâchée !)

 

La note

18/20

« La Foire aux immortels » est une œuvre déroutante et puissante fait par un  scénariste efficace, un dialoguiste talentueux et un dessinateur hors pair nommé Enki Bilal. Hâte de lire le tome 2 !

-

Enki Bilal

bilal-foire-immortels-gen-96-cp

la_foi11

6a00e008cbed6b883400e5501627bc8833-800wi

Alors pour Vous qui l’avez lue, ça déchire ou pas?

J’ai lu pour Vous: Magie Noire Tome 1 (2003) .

Dessin & Scénario : Gilbert G. Groud

Magie Noire T1

Magie Noire T1

Le Synopsis

L’histoire se passe dans un village où des gens meurent de façon étrange, surtout des enfants. Pour monter en grade, chaque sorcier doit à tour de rôle sacrifier un être cher. C’est au tour de Gaba de donner son dernier fils. Il sait qu’il peut contourner ce sacrifice par d’autres rituels, tels l’incorporation de l’esprit d’un mort dans un objet (comme le collier d’Oly, autre puissante sorcière), ou le mariage avec un autre initié.

Le contexte

Un ami m’a parlé de cette Bande Dessinée en des termes étranges : « Il s’agit d’une histoire qui dévoile tout ce qui est caché. Son auteur même après son écriture a eu des problèmes très graves, les hommes de l’ombre lui faisant payer son audace. »

Donc quand finalement elle tombe entre mes mains, je ne peux empêcher mes poils de se dresser d’effroi et ma salive de couler d’impatience.

Les plus

+ Les dessins en couleurs ocres et bruns sont d’une beauté rare et inquiétante.

+ La documentation est poussée, la précision et la cohérence du monde souterrain sont troublantes.

+ C’est une BD africaine faite par un ivoirien et qui parle de nos mystères. Depuis le temps qu’on nous gonflait avec X-files ou Fringe, il était temps.

Les moins

La narration est difficile à suivre. Le scénario est haché (je ne dirai pas bâclé) : On se perd. On ne sait pas qui est qui, qui est avec qui. En plein milieu de lecture et malgré la beauté des dessins, on se demande si regarder la télénovella de 19h30 ne serait pas meilleur pour notre santé.

– Les personnages n’ont pas de réelles profondeurs psychologiques. Leurs motivations sont simplistes : Pourquoi tuez-vous vos semblables ? Nous les tuons pour avoir du pouvoir. Ha ha ha. Point.

La note

10/20

Une BD incroyablement riche et superbe avec une base scénaristique branlante et inexistante. C’est comme posséder une Ferrari neuve sans pneus. Espérons que le Tome 2 soit meilleur !

Une planche

Une planche

Alors pour Vous qui l’avez lue, ça déchire ou pas?

J’ai lu pour Vous: LA TOUR (1987) de Benoît Peeters (Scénariste) et François Schuiten (Dessinateur).

La Tour

La Tour

Le Synopsis

Giovanni est mainteneur de profession. Cela signifie qu’il est chargé du contrôle et de l’entretien d’une partie de cet édifice pharaonique, tellement énorme que depuis la zone confiée à Giovanni il est impossible de distinguer aussi bien la base que le sommet de la Tour.

Voyant que la Base (le centre de décision) ne répond plus à ses alertes depuis des années, il se lance dans un périple à travers la Tour pour les contacter directement. C’est pendant ce périple qu’il explorera la tour, cherchera à comprendre son origine et ses ambitions, avant de se mettre à la recherche des Pionniers, au sommet de la Tour.

Le contexte

La lecture de cette BD (certains disent romans graphiques pour faire genre) vient d’un défi que je me suis lancé à moi-même : lire toutes les BDs du Centre Culturel Français (soit plus de 1000 albums ou peut être moins).

Donc au hasard, je tombe sur cet album et à l’instinct je le choisis. La couverture me happe. La détresse des deux personnages me plait.

Les plus

+ C’est une description sublime d’une société au bord de l’effondrement qui a oublié pourquoi elle existe. Et cette société ressemble étrangement à la notre.

+ Les dessins en noir et blanc sont magnifiques surtout les plans très larges qui stupéfient par le sens du détail.

+ C’est un récit pas commercial pour un sou avec un vrai parti pris et engagement artistique.

Les moins

Certains sentiments amoureux naissent de je ne sais où et frisent la caricature.

– Certains passages sont très hermétiques et n’offrent pas plusieurs niveaux de lectures.

La note

13/20

Une BD belle mais d’une profondeur aride.

Planche de La Tour

Planche de La Tour

Alors pour Vous qui l’avez lue, ça déchire ou pas?  A mercredi prochain!

J’ai lu pour Vous: DU DOMAINE DES MURMURES (2011) de Carole Martinez.

Verdict: Un livre beau et violent…

Du Domaine de murmures

Du Domaine de murmures

Le Synopsis

Esclarmonde, quinze ans, se tranche l’oreille le jour de ses noces avec Lothaire, un homme qu’elle n’a pas choisi. Elle annonce aussi son intention de se retirer dans une cellule afin d’y communier avec Dieu pour le restant de ses jours. La construction de sa prison est finalement ordonnée par son père, mais alors qu’elle se prépare à y entrer, elle est violée. Elle donne naissance à un fils neuf mois plus tard dans sa cellule, un bébé qui est vu comme un authentique miracle dans toute la région.

Mon avis

Beaucoup de mes amis me reprochent d’être trop élogieux pour les choses que j’ai aimées et qui souvent ne le méritent pas. A ça, je réponds simplement que je ne suis pas critique. Je n’ai d’ailleurs aucune vocation en la matière. Mon avis est loin d’être objectif. C’est tant mieux.  Je dis simplement ce que j’ai ressenti à lire, à assister ou à écouter.

Ceci dit, voici ce que j’ai ressenti en lisant ce livre :

J’ai adoré cette jeune fille qui victime d’être une femme, se retire du monde pour mieux le dominer. J’ai adoré ce père qui brisé par la révolte de sa fille, commet l’irréparable et va au bout du monde pour se perdre. J’ai adoré cet ex-fiancé exécrable au début puis métamorphosé par la cruauté suprême de ne pouvoir étreindre celle qu’il a toujours aimée. J’ai adoré ce monde plein de superstitions et de fous de dieu  qui se meure par trop de foi et par peu d’amour. J’ai adoré cette langue maitrisée, imagée, généreuse. J’ai adoré ces sentiments à fleur de peau, torturés et gorgés de contradictions. J’ai adoré cette fin tragique et grandiose. J’ai adoré les phrases, les silences et les murmures de cette écrivaine que j’aimerai lire à nouveau…

Merci Carole pour ce livre terrible et Gohia pour ce cadeau superbe!

Ma note

18/20 (Je sais, j’exagère mais tant pis! 😉 )

Carole Martinez

Carole Martinez

Alors pour Vous qui l’avez lu, ça déchire ou pas?  A mercredi prochain!

J’ai lu pour Vous: LES MYSTERES DU MEURTRE (2003) de Neil Gaiman et P.Craig Russell.

Verdict: L’une des plus belles découvertes littéraires de l’année !

Les mystères du meurtre

Les mystères du meurtre

Le Synopsis

C’est l’histoire d’un anglais. Lors d’un voyage à Los Angeles, il passe la soirée chez une de ses ex. Puis, c’est le trou noir. Il ne sait plus comment s’est terminée la soirée, il sait juste qu’il est dehors sur le chemin de son hôtel. C’est là qu’il rencontre un mystérieux clochard. Celui-ci se dit être un ange et lui propose une histoire. En fait, cet homme est Raguel, l’ange de la vengeance. Il fût appelé par le Seigneur pour résoudre un méfait encore inédit à l’époque de la création de l’univers : le meurtre d’un ange.

Mon avis

Je vais vous dire tout net. J’ai adoré cette BD. Et quand j’adore quelque chose j’utilise tout un langage ésotérique pour exprimer l’état mystico-orgasmico-jouissif dans lequel je suis avec un sens de la démesure, de l’irresponsabilité et de la mauvaise foi qui me caractérise souvent …

Vous n’avez pas trop bien compris ? Moi non plus !

Retenez juste une chose : Tout y est !

1. Une histoire de meurtre au Paradis. On appelle cela l’alibi moteur qui annonce les hostilités ;

2. Un ange vengeur, déterminé et craint mu par une force terrible appelée le NOM (nous, on dirait Dieu) et devant laquelle tous fléchissent le genou (même Lucifer qui a cette époque était très sympathique) ;

3. Des suspects hauts en couleur ; des anges affairés à la création de l’univers et qui tentent toutes sortes d’expériences hallucinantes : « Nous sommes en train de créer la Haine, on se demande ce que ça va donner. Ca a l’air d’être une idée intéressante, voyez vous ? » ;

4. Un interdit cauchemardesque qui entoure la Cité Céleste ;

5. Et enfin (but not the least) un doute, un léger doute, sur les intentions réelles du NOM.

Si vous arrivez à chevaucher ces 5 points avec simplicité et poésie, vous obtenez un Chef d’œuvre ! (Mon Dieu ! Que ce mot est galvaudé de nos jours!)

A lire pourtant absolument !

Ma note

18/20

Dites-le!

Dites-le!

Je ne l'oublierai jamais!

Je ne l’oublierai jamais!

Alors pour Vous qui l’avez lue, ça déchire ou pas?  A mercredi prochain!

J’ai lu pour Vous : COSMETIQUE DE L’ENNEMI (2003) de Amélie Nothomb.

Un savoureux dialogue qui n’en est pas un!

Cosmétique de l'ennemi

Cosmétique de l’ennemi

Le Résumé

« Sans le vouloir, j’avais commis le crime parfait : personne ne m’avait vu venir, à part la victime. La preuve, c’est que je suis toujours en liberté». Toute l’histoire se passe dans le hall d’un aéroport : Jérôme Angust, un homme en voyage d’affaire, attend un avion en retard. Il rencontre un autre homme « cosmétique2 », Textor Texel, qui deviendra son bourreau et ne cessera de l’importuner jusqu’à la fin dans un dialogue digne d’Hygiène de l’assassin.

Mon avis

Quand mon boss m’a prêté ce livre, il m’a dit « Krys, tu vas l’adorer! ». C’est assez embêtant. C’est comme un verdict. Etre condamné à aimer un livre. En même temps, côté litterature, je ne suis pas très difficile!

Donc je me mets immédiatement à la tâche. C’est mon premier d’Amélie Nothomb. Je sais  juste de cette écrivaine (O que ce mot est détestable!) que c’est une originale qui a été alcoolique à l’âge de 4 ans.

Dès la première entame, suis emballé par les dialogues. Ils sont  délicieux et tordant!  Avec un humour décalé et assumé que j’adore complètement.

Mais tout n’a pas été top, la fin m’a un peu déçu. Un peu trop prévisible. En même temps, pour un roman écrit avec une telle maitrise, cette fin aussi ordinaire est peut être voulue.

C’est officiel, la Amélie est devenue mon alcoolique préférée!

Tiens… Ça me donne des idées pour mes enfants quand ils auront 4 ans…

Ma note

Note: 15/20

Amélie Nothomb

Amélie Nothomb

Alors pour Vous qui l’avez lu, ça déchire ou pas?

 

 

J’ai lu pour Vous : LE PASSAGE DE LA NUIT (2007) de Hariku Murakami.

Un voyage au cœur du Tokyo des Mystères…Celui que j’aime!

Le passage de la nuit

Le Résumé

Dans un bar de Tokyo, une jeune fille, plongée dans la lecture d’un livre, boit du café tout en fumant des cigarettes. Un homme qu’elle connaît surgit. Au même moment, dans une chambre, alors que sa sœur dort d’un sommeil profond, la télévision se met en marche. Autour de ces deux sœurs, défilent des personnages insolites : un informaticien désabusé, une femme de chambre en fuite. Une prostituée agressée, une gérante d’hôtel vengeresse.

Mon avis

Quelqu’un m’a dit: « Un bon écrivain fait imaginer son histoire…Un grand écrivain le fait croire! »

Oui…J’y ai cru.

Le Passage de la nuit se passe justement en une nuit… Une nuit pleine de présages et de promesses… Une seule nuit qu’on vole aux personnages…

Ne vous attendez pas à du 24 heures chrono…Ni à un drame familial digne d’un Woody Allen… Cette nuit volée aurait pu être la notre…Elle est banale…Sans fard…Inquiétante mais sans charme…Une nuit comme nous en avons vécu des centaines…et même des milliers pour certains…avec des rencontres inopinées…des dialogues savoureux…et des peurs inavoués…

Le passage de la nuit est une œuvre puissante et saisissante…drôle parfois… qui nous fait dire que nos vies même dans leurs aspects les plus anodins sont belles….

En un mot chaque instant que nous vivons sur cette terre est un miracle…même la nuit…

Ma note

15/20…Vive le Japon!

Hariku Murakami

Alors pour Vous qui l’avez lu, ça déchire ou pas?